Palme d’or du PINOCCHIO du mensonge politique 2018

Votre blog préféré vous a déjà maintes fois démontré, documents à l’appui, que Madame DERVIER et son équipe municipale passaient son temps à nous mentir. Cela lui avait valu la palme d’or du Pinocchio du mensonge politique 2017, notamment pour avoir prétendu et écrit qu’aucune communication n’avait eu lieu sur le projet précédent. Evidemment, cet élément à lui seul n’a pas suffi à lui remettre ce prix ; il a été tenu compte de la publication dans le bulletin municipal de décembre 2016 du soi-disant coût de la mairie de 360 000 € alors que les données chiffrées donnaient 458 983 (lire l’article avec preuves).

Cette année a eu son lot de mensonges avérés encore plus nombreux

Mensonge n°1 – Il faut remplacer Laurent parce qu’il coûte cher. La mairie avance qu’il faut remplacer Laurent parce qu’il coûte cher… alors que dans son plan de remplacement, elle prévoit d’embaucher une autre salariée, sur la base d’un salaire et horaires équivalents! (lire l’article avec preuves). Jamais elle n’apporte la preuve d’économies réalisées sur la suppression du poste de Laurent .

Mensonge n°2 – On propose un contrat qu’on sait ne jamais vouloir signer. Lorsqu’il a été question de renouveler le contrat de Laurent, il lui a été promis un nouveau contrat… mais dans le même temps on écluse la totalité de ses jours de congés payés afin de le mettre au placard dans l’attente de la fin de son contrat.

Mensonge n°3 – On affirme par écrit des votes qui n’existent pas. – Toujours au sujet du contrat de Laurent, Mme Dervier écrit au centre de gestion que le 15 décembre 2017 « le Conseil prend la décision unanime de recourir à un service mutualisé extérieur pour l’entretien de la commune qui permet une économie budgétaire ». Or, à la date de ce courrier, aucun vote en ce sens n’a jamais été tenu . (lire l’article avec preuves). Le vote sera finalement réalisé bien après, le 26 janvier 2018.

Mensonge n°4 – On propose à un salarié de rédiger une fausse démission. Madame Dervier propose à son salarié de l’aider à rédiger sa lettre de démission. La démission étant du fait du salarié, l’employeur ne peut pas y prendre part, d’aucune manière. Il s’agirait alors d’un licenciement. (message vocal de la mairesse – preuve)

Mensonge n°5 – On fait croire aux conseillers qu’ils peuvent voter sur la suppression de poste de Laurent… Pour supprimer un poste il faut l’avis du comité technique du centre de gestion. Au moment du vote de la suppression du poste de Laurent, Mme la mairesse affirme au conseil municipal – propos retranscrits dans le PV du conseil – que « la Mairie a demandé l’avis du comité technique sur ce dossier », laissant sous-entendre, tel qu’est rédigé le PV, que Mme Dervier détient l’avis. Or l’avis n’a été donné que plusieurs mois plus tard (en septembre 2018). (lire l’article)

Mensonge n°6 – Envoi de documents mensongers à des administrations. Pour valider la suppression de poste de laurent, l’avis demandé au comité technique doit en présenter les motifs. Pour appuyer sa demande, Mme Dervier précise dans un « rapport » que Laurent « est dans la perspective d’une offre plus intéressante ». Or, à la date du courrier, Laurent n’avait aucune offre d’emploi sous le coude. Au lieu de ce mensonge précédent, le rapport devait expliquer les raisons économiques qui justifiaient la suppression du poste. Là encore, une autre forme de mensonge : le silence. Rien n’est dit sur la situation financière de la Commune. Un mensonge par omission ?

Mensonge n°7 – Invention de correspondances qui n’existent pas. Doit on encore parler de ce fameux SMS au 1er adjoint, où laurent aurait exprimé sa volonté de partir, SMS qui n’existe pas ?

Mensonge n°8 – Présentation de documents à l’information mensongère – Les économies réalisées sur la suppression du poste de Laurent n’apparaissaient pas dans le budget prévisionnel 2018, pas plus que le recours à une entreprise pour l’entretien des voiries. Le remboursement du prêt de 85000 € n’apparaît pas non plus alors qu’il arrive à échéance en mars, ce qui fait du budget prévisionnel 2018 un document qui ment à la population. (lire l’article avec preuves)

Mensonge n°9 – … nous ne pouvons pas vous en parler pour le moment, parce que ces mensonges sont autant d’éléments qui seront appréciés par le Tribunal Administratif. Ayant des conséquences juridiques pour notre Commune, nous avons tenu à les présenter devant la Justice Française.

Mensonge n°10 – La fibre optique. – Au début de son mandat, Mme DERVIER nous avait promis la fibre internet pour 2015… On attend toujours.

Les mensonges de la dernière gazette

Mensonge n°10 – Dans notre dernier article, vous appreniez qu’à nouveau les affirmations de notre Mairesse étaient fausses : non seulement les dotations de l’Etat ne baissent pas, mais elles augmentent ; vous y appreniez également ses méthodes habituelles de manipulation des informations. A chaque fois, elle ne les diffuse que de manière partielle, ou tout bonnement… elle travestit la vérité, n’hésitant pas à sortir des calculs faux.

Vous l’aurez compris, cette année encore, Mme DERVIER a largement mérité la palme d’Or du prix Pinocchio du mensonge politique 2018. Encore Bravo, mme Dervier, voilà enfin un domaine où vous excellez!