Gazette 2008 – fake news!

Les écrits de Mme Dervier sont une mine d’or parce qu’elle ne peut pas s’empêcher d’y mentir pour présenter « sa » vérité bien loin des réalités.

Déja en janvier 2018, nous dévoilions que les propos tenus dans la gazette municipale 2017 sur les problèmes financiers de la commune étaient totalement faux. La Mairesse avançait qu’ils étaient dus à la baisse des dotations de l’Etat et de la taxe d’habitation. Or, chiffres à l’appui, nous démontrions que ces recettes n’ont fait qu’augmenter ces dernières années. Il faut chercher les soucis financiers plutôt dans les dépenses non maîtrisées. (lire l’article avec preuves)

Aussi, cette année encore, elle sous-entend que les difficultés financières de la commune viennent de la baisse des dotations de l’Etat. Pour appuyer son affirmation, elle nous sert le tableau suivant, où les dotations 2018 ont baissé de presque 25% par rapport à l’année précédente !

Gazette municipale décembre 2018 – Etat des dotations années antérieures

Nous avons alors décidé de reconstituer le tableau de calcul à partir des comptes de la Nation. Voici notre version :

Dotations de l’Etat – Labruyère 2015 – 2018

Données mensongères

Nous avons retrouvé le calcul opéré par notre Mairesse. Pour obtenir les dotations, elle a fait le total des dotations forfaitaires, de la dotation de solidarité rurale et de la dotation aux élus. Notre calcul correspond à quelques euros près pour toutes les années avec ceux présentés dans la gazette. Ainsi, les dotations 2015, 2016 et 2017 ont toutes été calculées en totalisant ces trois lignes.

Après ce travail, nous avons comparé les résultats que nous avons trouvés avec la publication municipale. En voici le schéma récapitulatif :

C’est la dotation 2018 qui pose problème : d’après la gazette, elle aurait diminué de près d’un quart pour s’établir,à 14924 €! Or, on obtient ce chiffre exact en totalisant seulement deux lignes du tableau sur trois : 11952 + 2972 = 14924 €. La ligne dotation de solidarité rurale a été « oubliée ». Ainsi, grâce à cet oubli, chacun peut constater la baisse des dotations. Pensez-donc, 25%, c’est pas rien! Sauf que tout est faux.

Ainsi, pour appuyer ses mensonges et « prouver » que les dotations de l’Etat diminuent, Madme DERVIER est prête à travestir la réalité et à publier des chiffres qui sont faux.

Fake news : les dotations de l’Etat ne baissent pas : elles augmentent en 2018

Ainsi, les dotations 2018 devraient apparaître dans la gazette pour 19579 €, un montant quasi identique à celui de l’année précédente. Or, cela détruit totalement l’argument de la Mairesse, qui nous sert sur un plateau tous les ans : « Les difficultés financières, c’est la faute à la baisse des dotations de l’Etat ».

Si on s’y penche même un peu plus, on s’aperçoit que, dans l’absolu, la dotation 2018 est supérieure à celle 2017 : 19579 contre 19514. En fait, les dotations de l’Etat ont augmenté. Certes de peu, mais c’est bien une augmentation.

La baisse du FPIC est normale

Madame Dervier semble s’émouvoir de la baisse du fonds de compensation FPIC. On touche effectivement moins d’argent de ce côté là mais c’est parce que la commune à moins de choses à faire! C’est une évidence : l’argent de ces dépenses doit aller à celui qui les engage. Si la communauté de communes dépense en périscolaire parce qu’elle prend le relais des communes qui n’ont plus à le faire, c’est bien logique que l’argent pour ces dépenses aillent à la communauté de communes.

A entendre Madame Dervier se plaindre de la baisse de cette somme, c’est à croire qu’elle aurait aimé que la communauté de commune prenne en charge des missions qui nous revenaient et, qu’en face, nous gardions l’argent de ces dépenses pour nous.

Ainsi donc, la baisse du FPIC est contrebalancée par la diminution des dépenses équivalentes que nous n’avons plus à gérer. Cela ne correspond en rien à une baisse des dotations. C’est neutre pour nous.

Des mensonges par omission

Une sous estimation des charges

Plus bas dans la page, elle liste des dépenses incontournables. Ce sont les dépenses obligatoires, qu’on retrouve chaque année. Mais à y regarder de plus près il en manque une essentielle : les frais de personnel et indemnités des élus. Seraient-ce des dépenses contournables ? Peut on se passer de payer nos salariés et d’indemniser nos élus ? Non et c’est la loi qui le dit. Ainsi, il manque 11525,48 € d’indemnités et environ 10 000 € de frais de personnel.

Si on fait le calcul des charges présentées, (pour les puristes : sans le remboursement du tracteur) on trouve : 42975 € ; alors qu’elles ont été en moyenne les années précédentes d’environ 90 000 €. Ainsi plus de la moitié des dépenses de la commune ne nous sont pas présentées. Pourquoi ce silence sur toutes ces sommes qui doubleraient le montant affiché ?

Une surestimation des produits

Dans les produits apparaît une somme importante peu habituelle, puisqu’elle dépend de l’activité immobilière sur la commune. Ainsi présenter cette somme exceptionnelle de 16 144 € quand elle aura été les trois dernières années en moyenne de 5479 €, revient à laisser croire au citoyen que nous disposons de cette somme chaque année. En effet, on ne peut pas comparer des éléments récurrents (les dépenses présentées) à des éléments de recettes exceptionnelles si on veut donner au citoyen un idée éclairée de la situation financière de la commune

En calculant le total des entrées présentées dans la gazette, on trouve 84473 €, ce qui ne suffit pas à payer les dépenses habituelles de la commune depuis 5 ans, d’environ 90 000 €.

Cette démarche curieuse, qui consiste à minorer les dépenses et augmenter les recettes est classique dans le monde des chefs d’entreprise peu scrupuleux, qui veulent ainsi présenter un « meilleur bilan ». Peut être qu’il aurait été plus judicieux de nous donner tous les chiffres ?

Car enfin, quelle idée pouvons-nous nous faire de la situation de la commune à partir du moment où nous avons découvert que des sommes manquent et d’autres sont exceptionnelles ? Aucune en fait.

Nous avons déjà demandé à Mme DERVIER, conformément à la loi, de fournir aux citoyens sur le site internet de la Commune, l’intégralité des budgets. Ce courrier recommandé n’a pour l’instant fait l’objet d’aucune réponse depuis des mois… A afficher des chiffres faux et/ou partiels, à s’entêter à délivrer des chiffres toujours incomplets, il est certain que notre conseil municipal ne souhaite pas nous délivrer la VERITE de l’Etat financier de Labruyère.