Les archives – Acte V – en zone inondable!

Dans l’article Les archives – acte IV, vous appreniez que, suite au déplacement incroyable des archives de la commune chez un particulier, le Directeur Départemental des Archives s’était déplacé pour constater par lui-même de la bonne conservation de nos documents.

Et voilà ce que nous vous en disions :

« Bref, tout va bien dans le meilleur des mondes : on en conclut que, d’après le Directeur des archives, chez notre voisin « soucieux des archives », celles-ci étaient donc :

  • à l’abri des insectes et rongeurs,
  • dans des locaux sécurisés et/ou surveillés,
  • dans des locaux propres,
  • dans des locaux secs,
  • dans des locaux chauffés,
  • dans des locaux aux normes…

Et mieux entreposées que dans notre salle des fêtes. Pas si sûr en fait… Il se pourrait bien qu’il s’agisse là d’un mensonge énorme. Nous vous expliquerons pourquoi la semaine prochaine. Preuves à l’appui, comme d’habitude.« .

Or, nos recherches récentes nous ont permis d’établir, avec certitude, que les archives avaient été déposées… en zone inondable! Nous nous sommes procuré sur le site internet de la commune le plan de prévention des risques, avec la carte précise des zones inondables de la commune. Il détaille plusieurs zones pour plusieurs niveaux de risque.

labruyere_152

Nous y avons placé l’endroit où les archives avaient été stockées et l’emplacement de la salle des fêtes (mairie), là où elles auraient dû se retrouver. La maisonnette de M. Richardin se situe en zone UAi – Zone principalement affectée à l’habitation soumise aux risques d’inondation. La Mairie, elle, est en zone UA – Zone principalement affectée à l’habitation, donc non inondable!

Pire, cette maison, d’après nos informations est restée inhabitée depuis près de 30 ans. Elle est donc restée sans chauffage et isolation, ni électricité, tout ce temps. Quel est l’état intérieur à votre avis ? Il n’y a eu aucun travaux effectués non plus… Question conservation du patrimoine, son propriétaire doit confondre « laisser dépérir » et « entretenir ».

labruyere_154

Mais malgré l’état de délabrement du bâtiment et l’ambiance évidemment humide, cela n’a pas effrayé notre édile locale. Encore une excellente décision de Mme Le Maire : pourquoi laisser les archives en zone sèche et sans risque, dans un bâtiment chauffé, quand on peut les déposer dans des zones où l’eau les détruirait en quelques secondes ? Le tout avec l’appui du Directeur des archives. Rappelez-vous son écrit :

labruyere_153

Les mots utilisés prêtent à sourire : « local sec », « administré soucieux de la sauvegarde du patrimoine », « conditions désastreuses », « continuent de se détériorer ». C’est clair que dans cette maison les conditions étaient bien meilleures que dans la salle des fêtes dela mairie. On croit rêver. Où à nouveau nous prendrait-on pour des imbéciles ?

Sérieusement, pensez-vous que le Directeur des archives ait réellement visité ce local ? Bien sûr que non. Ce courrier a tout, semble t’il d’un faux grossier pour couvrir l’erreur monumentale faite par notre mairesse sur les archives.  Encore une…