Encore un mensonge, Madame DERVIER ?

Nous avons déjà dénoncé plusieurs mensonges avérés de notre mairesse dans des articles retentissants, preuves à l’appui. Nous avions d’ailleurs décerné le prix PINOCCHIO du mensonge 2017 à notre Mairesse (toujours avec preuves). Voici l’histoire qui, à notre avis, démontre son dernier mensonge en date.

Laurent MEYER est resté dans la commune pendant plus de sept années, au service des citoyens pour l’embellissement de notre environnement direct. Il s’est donné pleinement à sa tâche, sans jamais renoncer au moindre des ordres, même quand cela n’entrait pas dans ses fonctions.

Un comportement pareil aurait dû emporter l’assentiment de tout le conseil municipal sur son remplacement. C’est d’ailleurs la démarche qu’avait initié, semble-t-il, la Mairesse. Ainsi :

Madame DERVIER fait croire à Laurent que son contrat sera renouvelé

Un entretien le 5 décembre avec promesse orale de renouvellement…

le 5 décembre, Madame la Mairesse convoque M. MEYER à un entretien où il lui est proposé le renouvellement de son contrat. Or, M. MEYER a déjà effectué deux contrats CDD consécutifs pour le même poste. Si renouvellement il y a, c’est un CDI qu’on doit lui proposer. Dans ce cas, un entretien oral doit avoir lieu au moins 3 mois avant la fin du contrat.

M. MEYER étant convoqué le 5 décembre pour cet entretien, soit bien les 3 mois avant la date d’échéance. il en a conclut naturellement qu’on allait transformer son contrat en CDI, conformément à la loi. Or, pendant l’entretien, Madame la Mairesse a fait deux choses contradictoires, et cela devant le 1er adjoint, témoin des faits :

  • Il est proposé à Laurent le renouvellement de son contrat, et même l’augmentation de son temps de travail
  • Laurent Meyer est accusé de surveiller le village la nuit, d’avoir dénoncé les activités illégales de l’ancien 1er adjoint, de travailler au noir sur la commune, et j’en passe…

… avec des reproches très graves en même temps!

Comment peut-on à la fois proposer un renouvellement d’un contrat et, dans le même temps, accuser le salarié qu’on veut prolonger, de pareils méfaits ? Incroyable, c’est pourtant ce que Madame Dervier a fait. Vous vous doutez bien que ce n’est pas M. Vittaut qui tiendrait de pareils propos. Il a plus de classe et d’empathie, lui.

Puis la Mairesse propose à Laurent de l’aider à démissionner

Pire, Madame Dervier téléphone ensuite à Laurent pour lui proposer de l’aider à rédiger une lettre de démission! Et au cours du même message, elle le presse à venir la faire immédiatement à la Mairie. (Nous avons entendu le message vocal de Mme Dervier à Laurent Meyer)

Tellement retourné par ces actes et propos incohérents, M. Meyer assiste au Conseil Municipal suivant pour lui annoncer qu’il ne souhaite plus travailler avec cet employeur… très particulier. Sous le coup de l’émotion, sa décision est prise. Il ne veut plus “travailler pour ces gens-là”.

La Mairesse propose ensuite un CDD par écrit…

Le 9 janvier, M. Meyer reçoit pourtant une lettre recommandée de Mme Dervier lui proposant le renouvellement de poste. Elle lui laisse à peine huit jours pour y répondre. C’est à n’y plus rien comprendre : invité à faire sa lettre de démission dans l’urgence et insulté par son employeur, voilà maintenant que ce même employeur lui propose un poste, à nouveau! Madame Dervier ne veut pas apparaître comme celle qui « licencie ».

Avec ce courrier, il a vraiment eu l’impression “qu’on se fouttait de sa gueule”. La suite des explications va vous dire pourquoi.

labruyere_079

… mais Madame la Mairesse le met quasiment « au placard » jusqu’à la fin du contrat

En effet, comment croire à cette proposition d’embauche alors que depuis le mois de septembre Madame la mairesse écoule tous les droits à congés de laurent Meyer, afin qu’il n’en ait plus du tout au 31 mars (date de fin du contrat)! Entre septembre et mars, il ne sera venu à Labruyère que 3-4 fois! Vide-t-on tous les droits à congés de quelqu’un qu’on veut garder ? Non, bien sûr. Cela dit, la date de départ des congés de M. Meyer nous donne le moment véritable où il a été décidé de se séparer de lui : fin septembre… alors que le 5 décembre, on fait mine de lui proposer un contrat et que le 9 janvier on le lui écrit en lettre recommandée?

Est-ce un comportement digne d’un Maire, soucieux d’une bonne administration de sa commune ?

Des propositions illégales

Mais Madame Dervier est maligne : dans son courrier du 9 janvier, elle prend bien soin de préciser que la proposition de renouvellement porte sur un CDD. Ce qui rend la proposition immédiatement nulle juridiquement. En effet, au troisième renouvellement du contrat de M. Meyer, le contrat devait obligatoirement être un CDI, et non pas un CDD.

Monsieur Meyer n’a donc jamais répondu à ce courrier ; tout simplement parce toute réponse aurait été inutile. Il ne pouvait pas répondre à une offre illégale. Une fois encore, Madame Dervier fait mine de proposer quelque chose qu’elle ne pourra pas tenir.

Elle met également le salarié dans des positions intenables.

Et si M. Meyer avait répondu positivement à cette offre, au moment de la conclusion du contrat, le centre de gestion aurait dit que c’est impossible! Et Mme Dervier aurait pu se retrancher en disant : “on ne peut pas vous renouveler, mais je n’y suis pour rien, c’est le centre de gestion qui ne veut pas”… Belles manières tout de même!

Et si elle n’a pas fait exprès de proposer un CDD à la place d’un CDI, alors, Mesdames, Messieurs, que d’incompétence! Elle n’est même pas capable de lire un simple texte de lois ? Mais par qui sommes nous gérés alors ?

Mais ce n’est pas fini, Madame Dervier fait exprès de reconvoquer Laurent au sujet de son emploi à la commune le lundi 15 janvier, alors même qu’il est en congé de son travail à la Mairie et qu’il exerce son second emploi ce jour là… dans la commune! On croit rêver : elle aurait voulu qu’il ne puisse pas se présenter à l’entretien qu’elle n’aurait pas fait mieux!

Des faits dans la lignée des décisions historiques de Mme Dervier concernant Laurent

Reste que tous ces faits sont bien curieux, quand on sait que Madame Dervier n’a eu de cesse, avant la première embauche de Laurent Meyer, de s’y opposer avec force, en votant systématiquement contre cet emploi ; que certains 1er adjoint cultivateur de géranium se sont esclaffés au cours des séances qu’on allait “faire entrer le loup dans la bergerie” ; à un point tel que l’ancien Maire a dû rappeler aux membres du Conseil Municipal que ces propos relevaient de la discrimination pure et simple. Le temps nous a montré que Laurent était excellement à sa place pour ce métier.

Pour aboutir à la suppression du poste par décision du Conseil municipal

Puis, ce qui devait arriver, arriva. Le Conseil Municipal décide de supprimer le poste sur lequel était employé Laurent. Pourtant c’est ce même conseil qui, quelques jours auparavant, lui avait prodigué tant de soutiens, et même proposé des heures en plus! Ah! ils font belle figure les menteurs aujourd’hui!

A la lumière des événements passés l’année dernière à Labruyère, certaines “blanches colombes” auraient mieux fait de se taire au lieu de soutenir la délinquance de certain d’entre-eux. Je vous rappelle que notre Conseil Municipal actuel n’a JAMAIS VOULU démettre l’ancien 1er adjoint de ses fonctions.

Laurent, lui n’a rien fait de mal. Mais lui a été VIRE. Allez comprendre!