Peut-on être « Charlie » … et porter plainte contre un blog ?

Au moment des attentats visant le magazine satyrique Charlie Hebdo, nous avons vu Madame La Mairesse défiler, publiquement, avec le badge noir et blanc épinglé et bien en vue. Même la revue municipale, rédigée par la Mairesse, était affublée du logo devenu célèbre, en soutien à la satire et à la liberté de la presse. Que n’avons-nous lu dans la revue municipale les propos d’une élue offusquée qu’on ait pu ainsi s’opposer à un de nos droits fondamentaux : la liberté d’expression ! Rappelons à notre mémoire ce morceau de littérature municipale :

labruyere_043

Comme d’habitude chez Mme DERVIER, il y a le discours et … la réalité

On l’a compris, madame DERVIER veut nous faire croire qu’elle est pour la liberté d’expression. D’ailleurs, dans le dernier compte rendu de conseil municipal du 13 novembre 2017, elle et son équipe se sont fendus d’un commentaire sur leur action. Ils veulent « oeuvrer pour la commune et ne pas entrer dans des polémiques stériles » dans un blog « aux attaques de plus en plus virulentes ». Bref, à les écouter, ils laissent dire et préfèrent travailler pour notre bien :

compte_rendu_13_nov_17

Comme d’habitude, Mme DERVIER détourne les faits en se positionnant en victime. Elle est attaquée. Ah! La stratégie classique de la victimisation. Mais à l’analyse, elle ne tient pas la route : tout le blog serait « attaques » de « plus en plus virulentes ». Vraiment ?

La vérité est toute autre : Madame DERVIER, cette grande amoureuse de la liberté d’expression, a attaqué votre blog en justice dès son ouverture.  Des conseillers municipaux lui ont immédiatement embrayé le pas. Apparemment les polémiques que le blog soulève sont loin d’être stériles et les attaques ne sont pas du côté qu’on croit.

Nous vous démontrerons ci-dessous que les attaques réelles proviennent de la mairie alors que le blog ne fait que dévoiler des faits incontestables et prouvés.

Une date de dépôt de plainte qui intrigue

Mme DERVIER a déposé plainte le 28 décembre 2016, à peine dix jours après l’ouverture du blog… c’est à dire presque immédiatement après que j’ai informé les villageois de son existence… Et juste après les articles sur l’état inquiétant de nos finances.  Aurait-elle été prise de peur panique devant les révélations que j’allais faire ? L’affaire du corbeau n’était pas encore publiée à cette date là. Or elle en connaissait les moindres détails. Y-aurait-il un lien ? Aurait-elle souhaité nous museler ?

Porter plainte contre le blog, mais pour quelle raison ?

Qu’y avait il donc dans le blog à cette date ?

  • la fuite en avant financière nous apprenait le déficit budgétaire important et la hausse de 34% des dépenses
  • drôles de propos au tribunal nous apprenait que mme Dervier avait tenu à payer au SIVOS une facture que les citoyens de Labruyère n’avaient pas à payer sans chercher à en comprendre les montants, que Mme Dervier et des conseillers municipaux avaient menti devant un tribunal
  • Transparence – quelle transparence nous apprenait que le coût annoncé de la mairie ne serait jamais tenu
  • des finances très opaques – où on apprenait que nous n’avions jamais eu de compte rendu financier digne de ce nom et que nos conseillers avaient eu comme première décision celle de s’augmenter massivement

Sur la base de ces quelques articles, quel fut le prétexte trouvé pour faire taire le blog ?  le plus simple d’entre-eux : la diffamation!

Une plainte en diffamation bien maladroite

On sait madame DERVIER habituée des dépôts de plainte en diffamation, puisque c’est la ruse qu’elle utilisa le 14 janvier 2016 pour faire pression contre l’ancien Maire qui lui avait annoncé par courrier ses soupçons sur le 1er adjoint dans l’affaire du corbeau.(voir l’article)

Pour que l’infraction diffamatoire soit retenue, il faut avoir menti. Or, aucun fait dans le blog n’est mensonger. Pire! Tout y est prouvé par des documents émanant souvent de la Mairesse elle-même. Et de plus, Madame DERVIER n’a pas su, dans son dépôt de plainte, dire où était la diffamation. En ne précisant pas les raisons de sa plainte, elle a donc essayé de porter plainte contre le blog entier. Madame DERVIER semble méconnaître cet article de notre Constitution :

art. 11 – La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’Homme : tout Citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la Loi.

La plainte a évidemment été mise au panier. En France, on ne peut pas interdire totalement une publication.

Nous n’avons de notre côté jamais porté plainte contre aucun membre du conseil municipal

Le conseil municipal se plaindrait partout que nous leur faisons des ennuis. Or, nous n’avons jamais porté aucune attaque contre notre conseil. Notre action se déroule dans un cadre républicain pour le respect de nos lois et de nos valeurs, sur la base de vérités issues des documents écrits et officiels. Certaines actions juridiques sont en cours pour obtenir des documents, mais il ne s’agit pas de plaintes au pénal. Ce sont des recours administratifs classiques auprès de la CADA ou des tribunaux administratifs. L’objectif est d’obtenir des documents que la municipalité et la trésorerie refusent de nous donner, ce qui est contraire aux lois et réglements. C’est l’attitude obstinée de l’administration à ne pas délivrer ces informations qui nous oblige à agir devant les tribunaux.

Malgré les nombreux mensonges diffusés par l’équipe municipale à notre sujet (notamment celui réitéré dans le dernier compte rendu municipal où il est sous-entendu que nous n’habitons pas Labruyère), nous n’avons jamais porté plainte au pénal contre MMe DERVIER ou l’un/e de ses co-listiers. Quand on a des principes, on les respecte. C’est ce que nous faisons.

D’autres comportements anti-Charlie

De votre côté, vous avez reçu dans votre boîte aux lettres une version papier du blog en octobre dernier. Le jour même de sa distribution, à 11 heures environ, Madame DERVIER appelait la gendarmerie de Saint Jean de Losne pour se plaindre, sous des prétextes fallacieux, espérant sans doute une intervention. Les gendarmes m’ont téléphoné pour me demander si j’avais effectivement distribué quelque chose dans les boîtes aux lettres. On croit rêver! Les appelle-t-elle chaque fois que quelqu’un distribue des documents dans les boîtes aux lettres ? Depuis quand appelle-t-on les gendarmes lorsqu’un journal est distribué ?

Dans quels pays trouve-t-on des gouvernants qui tentent d’interdire les distributions de livres et journaux par les forces de l’ordre ? Dans bien des pays qui nous entourent : En Russie, en Turquie, aux Emirats Arabes Unis, chez Daesh, … Que des endroits où il fait bon vivre sous le soleil des démocrates éclairés.   En adoptant un comportement systématique de refus des publications et de la vérité écrite, on peut parier que Madame DERVIER va bientôt réussir à nous faire croire que nous ne sommes plus en France, le pays des Lumières et de la Liberté.  Pas étonnant que le Front National devienne le premier parti à Labruyère!

Alors, peut-on être Charlie et appeler les gendarmes pour empêcher  quelqu’un de diffuser un journal ?

A quoi auriez-vous échappé sans ce blog ?

Sans votre blog, vous n’auriez jamais su :

  • l’affaire du corbeau et le silence incroyable des conseillers sur cette affaire alors que nous leur avons demandé leur avis plusieurs fois
  • que les conseillers refusent de répondre aux recommandés qu’on leur envoie
  • que nos demandes répétées pour la démission d’un adjoint qui a suffisamment montré son irrespect pour nos valeurs républicaines n’ont jamais reçu aucune réponse;
  • que ce citoyen  a été soutenu jusqu’au bout par l’ensemble des conseillers puisqu’ils ne l’ont jamais démis de ses fonctions et ont sagement attendu sa démission après les événements que vous savez
  • que le véritable coût des travaux de la mairie n’est pas de 307 000 € mais 1.5 fois plus
  • que notre situation financière est inquiétante

Oui, Madame DERVIER, la liberté d’expression est importante. Nous vous le démontrons chaque semaine.