Quand le passé est le seul avenir d’un village

20 ans! encore 20 ans à attendre. C’est ce que chacun de nous devrait penser en consultant les comptes de la commune de Labruyère. Encore 20 ans à attendre avant de pouvoir adapter notre village à la nouvelle donne économique et sociale de la France. L’endettement actuel de la commune est si important que nous ne pouvons plus emprunter. Il est si long que la situation ne s’améliorera pas avant 20 ans.

Nous vous parlions la semaine dernière de l’attractivité de Labruyère et de son inadaptation à la demande actuelle des jeunes sur leurs lieux d’habitat. La municipalité vient donc d’utiliser toutes les ressources disponibles de la commune pour les 20 années à venir. Bref, nous n’avons plus d’argent disponible devant nous. A un point tel que notre petit doigt nous souffle que nous sommes au bord de la rupture financière. Nous vous expliquerons pourquoi, preuves et indices à l’appui.

Or, avec cet argent dépensé, nous aurions pu essayer d’adapter le village pour le rendre agréable et attirant. Au lieu de cela ?

Nous dépensons près d’un demi million d’euros pour refaire une mairie… qui disparaîtra peut être d’ici 5 -à 6 ans !

Arrêtez-vous quelques instants. Et demandez-vous ce que nous aurions bien pu faire pour embellir le village avec 500 000 euros ? Je suis sûr que vous avez tous des idées. En lieu et place, nous avons une équipe municipale fautive. Fautive de n’avoir rien fait et d’avoir dilapidé notre argent ; fautive d’avoir bloqué les finances de la commune pour les 20 prochaines années ; fautive d’avoir refusé l’ancien projet de mairie qui coûtait moins cher et embellissait le coeur de village ; fautive d’être esclave du sacro-saint principe : « pitié! que rien ne bouge! ».

C’est le règne de l’immobilisme de luxe… j’allais dire de l’immobilier de luxe, tant cette mairie nous a coûté cher. On ne change rien et cela coûte une fortune! Aucun aménagement pour la beauté du village n’a été fait. Aucune commodité n’a été ajoutée. Sans même nous donner la possibilité d’adapter notre lieu de vie au citoyen d’aujourd’hui. Quand on sait que les communes se regroupent massivement et que de nombreuses mairies se retrouvent vides, quel gâchis! Que pensez-vous qu’il arrivera à notre mairie d’ici quelques années ? Notre village est-il assez gros pour la maintenir ? Vous connaissez déjà la réponse.

Le nouveau projet d’avenir : un ossuaire.

Plus encore :  l’idée fixe de la mairie est de créer un ossuaire. Cela a été répété plusieurs fois dans les comptes rendus de conseil municipal et dans l’ex-gazette. On comprend alors les symboles qui motivent cette municipalité : le passé, et son symbole le plus fort : la mort! Je crois que tout est dit. Un village qui met en avant son cimetière est un village qu’on envoie à trépas. Faut-il peu aimer son village pour n’avoir aucune ambition pour lui.

Les politiques vous disent aimer les endroits où ils vivent. Bien souvent, leurs actes démontrent le contraire. Labruyère ne fait pas exception à la règle.