Un corbeau soutenu par la mairie (4/7)

Nous avons une nouvelle réponse!

(voir le courrier complet en bas de page)

Madame DERVIER dans toute sa splendeur, dans la robe de la blanche colombe… Elle semble enfin s’inquiéter du contenu de notre blog préféré. Dans sa réponse (en totalité en bas de page), Mme Dervier prend la défense de nos conseillers municipaux, qui semblent s’être offusqués. Voici ce qu’elle affirme des propos que vous avez déjà lus sur ces pages :

labruyere_027

Alors question dignité : je n’ai fait que demander leur avis d’élus sur l’affaire du corbeau. Leur non réponse de manière insistante me fait tirer des conclusions. Est-ce donc interdit?labruyere_026

Parce que ne pas s’exprimer sur l’affaire du Corbeau, ce n’est pas discréditer les valeurs de la République peut être ? Des gens épris des valeurs de la République dénonceraient immédiatement le comportement du 1er adjoint et demanderaient sa démission. Alors, permettez moi de douter sur la qualité des valeurs que vos conseillères diffusent. Pourquoi ces personnes si engagées dans les valeurs de la République ne désapprouvent-elles pas le 1er adjoint publiquement ?

Et Mme Dervier, vous ne savez pas lire!! Je n’ai jamais dit qu’elle n’avaient pas leurs diplômes, au contraire, j’ai écrit qu’elles en avaient beaucoup et que leur comportement en était d’autant plus difficile à comprendre. Relisez mon courrier au lieu de mentir. Vous prétendez que mes propos sont diffamatoires sur une mauvaise lecture, ne serait-ce donc pas une dénonciation calomnieuse ici ?

Enfin, si vos deux conseillères se sentent offensées, je leur conseille de porter plainte. Je vous rappelle que seul un juge peut caractériser si ce que j’écris porte atteinte aux droits de ces deux personnes. En qualifiant mes propos de diffamatoires, vous rompez la séparation des pouvoirs (savez vous seulement ce que c’est ?) en vous arrogeant le droit de juger mes propos, alors que vous ne faites pas partie du judiciaire. Vos dires de Mairesse à ce sujet n’ont donc aucune valeur légale.

Mme DERVIER nous parle de dignité ?

Mme Dervier s’offusque (et prend le temps d’écrire un courrier) parce qu’un citoyen porterait atteinte à la dignité de certains conseillers municipaux ?

Mais, Madame DERVIER, qu’à fait M. BONIN avec ses 15000 mails, si ce n’est porter atteinte gravement à la dignité d’un de vos administrés ? Qu’avez vous dit à ce moment là ? RIEN. Comment doit on le prendre ? Il y a donc des citoyens de seconde zone qui ne méritent pas le respect ?

Vous a-t-on entendu au sujet du 1er adjoint lorsque cela est arrivé ?

Quand on demande des comptes au conseil municipal, ça porte atteinte à sa dignité ? Quand un élu est à la limite du harcèlement d’une personne gravement malade, quand une mairesse ne rédige pas de nécrologie dans la presse sur l’ancien Maire décédé, ça ne porte pas atteinte à la dignité de la personne peut être ?

Quand un 1er adjoint parade avec sa femme dans la presse pour dire qu’ils aident les gens malades ; que, par derrière, ils leur souhaitent la mort et l’insultent, ça ne porte pas atteinte à la dignité d’un citoyen sans doute ?

Mme Dervier, vous êtes mal placée pour parler dignité avec vos conseillers : si vous aviez un minimum de dignité, vous désavoueriez ce qu’a fait le 1er adjoint. L’indignité c’est se taire et c’est accepter ce qu’il a fait.

le courrier complet

labruyere_025