A ma « chère » mairie…

300 000 € ? Vous avez dit 300 000 € ?

A la lecture des différents comptes rendus du conseil municipal depuis 2014, et de la gazette municipale, il est presque impossible d’évaluer le coût réel de rénovation de notre bâtiment communal. Nous avons déjà relevé, dans un article précédent, cette volonté manifeste de notre équipe de bien cacher les informations. Il faut que nous ne puissions rien y comprendre, apparemment. Et pour cause!

Je ne sais pas trop pour quoi on nous prend, mais j’ai l’impression qu’ils pensent que nous le sommes!

Cela dit, on trouve tout de même dans le CR (compte rendu de conseil municipal) du 3 juin 2016, la première évaluation annoncée officiellement : 302974.38 € puis 307895.74 €. Notre maire y affiche sa satisfaction de la promesse électorale tenue en ces termes :

Le coût des travaux initial a été respecté.

Le coût annoncé en décembre passe à 410000 €

Ne serait-ce pas de l’enfumage complet ? Quelle surprise de lire dans la gazette de décembre 2016 que le coût des travaux a été au final de 360 000 € auxquels s’ajoutent les frais d’honoraires des architectes, soient 50 000 €. Certes la gazette est comme d’habitude, floue. On ignore si ces sommes sont hors taxes ou TTC. Si elles sont TTC, on arrive tout de même déjà à 341 000 hors taxes, bien loin des 300 000 annoncés.

Une autre évaluation du coût pour 424 000 €

Nous avons reçu une subvention DETR pour 169 497 € en 2015 pour ces travaux. Or, elle est égale au maximum à 40% du montant réel des travaux. Avec ce chiffre, on peut remonter au montant des travaux déclarés dans le dossier de subvention : 423 742 € HT. Le montant est cette fois largement supérieur à notre évaluation précédente. Sauf que le dossier est déposé avant le commencement des travaux… Nous aurait-on menti sur le coût réel prévu par notre municipalité ?

Des coûts volontairement retirés du calcul municipal

Dans ses calculs, la mairie « oublie » d’ajouter le coût de réfection des portes de garage (environ 14 000) et du mur d’enceinte (10 695).  Et les coûts de la démolition de la cheminée et de la réfection de la toiture correspondante nous sont toujours inconnus.

Et il faut ajouter les coûts engagés par l’ancienne municipalité, qui est à l’origine du projet. Comme Mme Dervier et son équipe ont refusé de signer l’ancien projet, dont le permis était accordé, elle nous a fait perdre environ 20 000 € d’honoraires d’architecte qu’il a fallu payer. S’agissant du prolongement du projet initial, il faut porter cette somme dans le coût global.

On arrive ainsi, en fonction des évaluations aux résultats suivants : soit  454 695 € pour l’hypothèse basse, soit 468 437 €.

Nous souhaitons l’explication des 468 437 €!

On nous annonce 300 000 et on se retrouve avec des 470 000, soit plus de la moitié à ajouter au montant prévu. Il nous semble que des différences pareilles méritent des explications. Évidemment, ces calculs sont faits à partir des sommes que la mairie veut bien nous donner. Devrons nous demander les comptes exacts pour avoir ENFIN cette information si importante ? Pourquoi n’avons nous pas de détail clair, compréhensible et COMPLET ?

Nous demandons officiellement à la mairie qu’elle nous fournisse le tableau de présentation du coût des travaux, avec les financements correspondants. C’est un droit de regard élémentaire que Nous, Citoyens, avons sur la gestion de nos finances locales.

Et ce d’autant plus que ce projet nous endette trois fois plus que le projet de l’ancienne municipalité. Il détruit toutes nos économies. Il ne sécurise toujours pas le carrefour du monument aux morts. Nous vous dévoilerons ces informations dans un prochain post.